Après les travaux sur les pistes d’Orly

Notre association doit à ses adhérents et à ses sympathisants une information sur la position qu’elle défend suite aux survols pendant l’été d’avions à basse altitude qui ont apporté bruit et pollution à notre ville et à toutes les communes de la vallée de l’Orge. Nous avons reçu un nombre considérable de doléances ; la Maison de l’Environnement de Paris Aéroport et les élus en ont été, eux aussi, submergés. Deux reproches sont présents dans la quasi-totalité des messages :  Pourquoi à cette période de l’année ? ADP dit : moindre risque de brouillard, qui retarderait le chantier. Mais ADP ne pouvait pas ignorer que c’est une période de pointe de trafic et qu’en été, les Franciliens ne passent pas deux mois de vacances sous les tropiques : on voit de quel côté la balance a penché.  ADP n’a pas tenu ses engagements sur la durée d’utilisation de la piste nord-sud piste dite de secours : au lieu d’ « heures de pointe », nous avons subi des « journées », voire des « semaines de pointe ». Une information doit évidemment être fiable. Elle doit aussi être suffisamment diffusée. Certaines communes ont été, à cet égard, défaillantes. Notre association a eu à cœur de relayer très largement l’information donnée par ADP à la mi-avril, sous forme d’une lettre déposée dans toutes les boîtes aux lettres de la commune, de transmettre vers les décisionnaires les nombreuses réactions qui nous sont parvenues et d’envoyer des courriers de protestation aux responsables de tous niveaux : Etat, transport aérien, élus, etc … Nous avons très récemment apporté notre soutien à Madame Eva SAS, notre députée, lors d’une rencontre avec de hauts responsables de Paris Aéroport, secrétaire général, directeur de l’aéroport d’Orly, auprès desquels nous avons souligné le profond mécontentement des riverains. Étant donné que ces travaux sont prévus de se poursuivre sur les trois prochains étés avec les mêmes conséquences : réactions violentes des populations survolées, nous avons demandé – et obtenu – d’apporter notre contribution à l’élaboration du bilan des travaux de l’été 2016 et de participer à la préparation des travaux restants, afin d’exposer nos propositions. Avant toute poursuite des travaux, les lourds dysfonctionnements observés cette année doivent en effet être analysés puis consignés dans un rapport sérieux et incontestable. Les travaux en cours sur le site d’Orly (plus d’un milliard €) montrent que les pouvoirs publics ont fait le pari qu’Orly pourra absorber la croissance du trafic (de l’avis général 4 à 5% par an) simplement en prenant des avions plus gros et mieux remplis, tout en ne touchant ni au couvre-feu, ni au nombre de vols, ni à la restriction d’emploi de la piste n° 2. On peut en douter ! Les riverains et leurs associations doivent donc rester extrêmement vigilants et mobilisés, prêts à défendre leur cadre de vie, leur santé et la valeur de leur patrimoine immobilier. Vous trouverez en pièces jointes :
-  Le courrier que nous avons adressé à Monsieur Augustin de ROMANET, Président-directeur général de Groupe ADP (Aéroport de Paris) en date du 17 septembre dernier.
-  Le mail type que nous avons fait parvenir à tous les élus des villes impactées cet été par les nuisances. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos observations que nous pourrons transmettre le moment venu aux différentes autorités. Bonne lecture à tous et à toutes.