Conférence sur le Climat

Dans quelques semaines la COP 21 (de l’anglais Conférence Of Parties, et 21 représentant le nombre de conférences depuis la première qui s’est déroulée en 1992 à Rio de Janeiro) se tiendra à Paris à l’initiative des Nations Unies, afin de négocier les moyens financiers et techniques aux solutions à mettre en oeuvre pour remédier aux changements climatiques. En tant que pays hôte, nous pensons que les associations doivent également se mobiliser afin de créer un climat favorable aux négociations en démontrant la mobilisation et les attentes de la société civile pour aboutir à un accord ambitieux.

Un collectif a été créé dans ce sens ; il porte le nom de COLLECTIF CLIMAT NORD ESSONNE.

Au besoin, vous pouvez vous familiariser avec le site suivant : http://www.coachcarbone.org/

Nous reviendrons plus longuement dans les prochaines semaines pour vous faire part de nos diverses initiatives, mais d’ores et déjà nous vous invitons à lire ci-dessous les gestes du quotidien pratiqués par une administratrice d’Élan Savigny Environnement.

Les gestes du quotidien pour diminuer son bilan carbone.

Je suis adhérente de ELAN-Savigny-Environnement et milite pour l’environnement ; à ce titre, je compte m’impliquer et impliquer mon association dans la COP 21 de façon pragmatique. Pour cela, j’ai listé « mes actions et gestes, à court et moyen termes, au quotidien » sans vouloir donner de leçon mais à titre indicatif. A chacun de s’approprier cette liste et de la compléter par ses ajouts, tout cela pour notre chère petite planète bleue ! TRANSPORTS : je marche à pieds ou roule à vélo, et /ou prends les transports en commun : bus, T7, métro (ça fait du lien social ). Pour les trajets longs, j’emprunte le train ou j‘utilise des sites de co-voiturage genre « blablacar » ; j’ai pris des abonnements culturels et sportifs à Juvisy, Athis –Mons, Paris (RERC) pour minimiser les transports en voiture. MAISON CHAUFFAGE ENERGIE : j’ai fait isoler les combles ; j’ai ainsi « gagné « 1,5 ° » ; fait doubler une façade en bois (pas encore de retour financier, mais cela diminue en partie la chaleur caniculaire dans deux pièces), Je chauffe peu 17-18° au gaz (installation en partie déductible des impôts) et coupe le circuit la nuit (diminution notable des factures et nuits saines). Je ne repasse pas ; suppression presque totale de l’utilisation du sèche-cheveux. Je remplis au maximum mon lave-linge et ne me sers pas du sèche-linge sauf lors de séjours familiaux). J’utilise des ampoules à basse tension et ne laisse pas d’appareils électriques en veille ; laisser en veille entraîne la production d’une journée d’une centrale nucléaire ! Je mange crue le plus possible : c’est bon pour le goût, les vitamines et la peau ! Aux feux rouges, je coupe mon moteur ; au bout de 10 secondes, c’est économie d’essence et CO2 ; dans certains pays, sous les feux tricolores, sont comptabilisés les secondes d’attente. Quand en France ? Pour celles et ceux qui râlent derrière moi, j’ai collé sur ma vitre arrière mes convictions : je pense à ma planète et ses habitant-e-s, j’éteins mon moteur. EAU : je récupère les eaux pluviales étant en pavillon (trois récupérateurs). Attention cependant aux eaux stagnantes dans les soucoupes et creux d’eau avec risques insectes très nuisibles- nouveaux fléaux - – à vérifier donc ces eaux régulièrement. Je récupère les eaux de petits lavages ou vaisselles pour remplir la réserve des toilettes ; je trouve cela aberrant d’utiliser des eaux propres en France pour cela ! A l’étranger de plus en plus, cela ne se fait plus ; eh oui il y a les lobbies de l’eau français qui freinent des quatre pattes. Mes eaux de nettoyage des légumes alimentent les toilettes aussi ou alors c’est pour les fleurs ou les oiseaux ; des bassines me permettent de stocker ces eaux dites « usées ».Je prends uniquement des douches. PAPIERS : j’ai collé « stop pub « sur ma boîte aux lettres et me rends chez les agents immobiliers pour râler quand des flyers sont déposés dans ma BAL ou je téléphone ; résultat : presque plus ! J ‘achète papier- toilette recyclé compact, moins d ‘eau pour recycler. Je réutilise les enveloppes envoyées quand c’est possible. Je privilégie les sociétés qui utilisent les encres végétales -moins d’énergie pour recycler-. MODE DE VIE : j’ai éliminé par éthique viande et poissons (barbarie des abattoirs et souffrance animale), le lait de vache – le bébé d’humain est le seul être à boire si longtemps du lait animal (merci les subventions de Bruxelles payées par nous mais pas décidées par nous et merci les lobbies agricoles et gros syndicats qui font leurs lois avec pesticides à gogos et engrais issus du pétrole, productions cancérigènes) + allergies et difficultés de digestion ; j’utilise du lait d’avoine, de riz, d’amandes, de soja produits en France ; ainsi, je contribue à diminuer à ma petite mesure la production de méthane et CO2 ; j’ai planté des haies pour freiner l’évaporation, fixer le sol (et donc éviter l’érosion) favoriser la biodiversité, et les plantes mellifères pour attirer les abeilles.

Je refuse les sacs plastiques et utilise les sacs coton/jute et j’explique pourquoi ; je fais mes courses avec des petits sacs ; ainsi je n’ai pas de place pour les achats compulsifs ou inutiles. En plus, c’est lourd quand on marche à pieds longtemps ! J’achète des produits alimentaires en vrac : moins d’emballages et je sais quelle quantité je me procure. Je me ravitaille dans une Amap : légumes, fruits, volailles (pas pour moi) , miel, farine bio produits localement livrés directement par le producteur donc sans intermédiaires, transparence de la culture où je me rends régulièrement donc produits bio abordables et de saison + convivialité, lien social … Quand il y a trop de production, je donne dans mon entourage en expliquant ma démarche. Merci d’avoir lu ! Bon courage pour vos tentatives de mise en pratique ! Merci de vos retours !

FRANCOISE GIRAUD